L’art de l’élaboration


L’élaboration du Champagne débute dans les vignes. Notre équipe de vignerons qualifiés est à pied d’œuvre toute l’année pour obtenir de la vigne un raisin de qualité optimale.

Ces raisins seront cueillis à la main au cours des vendanges, moment de véritable union entre le travail de la vigne et celui du vin. Ensuite, ces raisins, fragiles, sont conduits à nos pressoirs. Nous en extrairons le moût, qui après la première fermentation “alcoolique” effectuée dans les tonneaux prendra alors le nom de vin “tranquille”.

 

 

L’acidité naturelle des moûts de raisin devra être contrôlée pour contribuer à l’aptitude au vieillissement et sauvegarder la fraîcheur du vin. La correction de l’acidité naturelle se réalise par une procédure œnologique naturelle, la fermentation “malolactique” qui transforme l’acide malique en acide lactique de manière parfaitement naturelle. Cette activité est moins intense et moins visible, mais plus longue que celle de la fermentation alcoolique puisqu’elle demande quatre à six semaines. Elle permet ainsi d’adoucir l’acidité, d’obtenir une grande stabilité future et un assouplissement du vin.

 

Nous pratiquons la méthode du bâtonnage qui consiste à remuer les lies fines du vin qui se déposent au fond des tonneaux lors des vinifications afin de les remettre en suspension. Cette opération est traditionnellement réalisée à l’aide d’un bâton, d’où son nom. Les bienfaits de cette pratique ancienne ont été constatés pour protéger le vin à la fois contre l’oxydation de ces composants, mais aussi contre la réduction, les cuvées développent des arômes complexes qui préservent la pureté du fruit. Ce qui favorise en bouche une sensation d’onctuosité.

 

L’étape essentielle de la vinification de notre Champagne réside dans l’assemblage. Il s’agit du mélange des vins “tranquilles” (non effervescents) issus de différentes récoltes, dans le but de fournir au consommateur une constance dans le goût qu’il apprécie.

Cet art subtil constitue la véritable signature de chacune de nos cuvées de champagne. Seuls les millésimés sont élaborés avec les meilleures cuvées d’une seule année.

 

 

A partir du moment où les assemblages sont prêts, nous procédons au tirage (environ 8 mois après la vendange) au cours duquel le vin est mis en bouteille en y ajoutant la liqueur de tirage. A ce stade, la bouteille est fermée par une capsule appelée le «bidule» afin que le vin repose dans des conditions optimales. Le vin subit alors en bouteille une prise de mousse, c’est ainsi qu’il devient effervescent puisqu’on y voit apparaitre les futures bulles.

 

Lorsque la prise de mousse est terminée, il se forme un dépôt qui contribue à faire évoluer les arômes et qui améliore les qualités gustatives du champagne. Il faut l’éliminer car il trouble le champagne en pratiquant le remuage. Réalisée manuellement, cette action est réalisée sur des pupitres en bois et elle consiste à faire tourner délicatement et progressivement la bouteille pour le faire glisser dans le col de la bouteille. Le dégorgement permet d’évacuer ce dépôt et de préparer chaque bouteille à sa commercialisation.

 

Dans un souci de qualité, nous profitons d’un lent mûrissement sur lies en cave pendant des périodes prolongées, la durée de maturation varie selon les types d’assemblage et le résultat recherché : entre 3 et 4 ans pour nos bruts sans années. Pour les cuvées millésimées nous poursuivons la phase de maturation jusqu’à 10 ans afin de laisser s’épanouir des arômes remarquables tout en conservant une incroyable fraîcheur.

 

 

Toutes ces étapes sont cruciales et obligatoires pour élaborer un champagne de qualité. Alliant un savoir-faire ancestral et une minutie extrême, elles sont l’expression pleine et entière du sol champenois.

 

Par ailleurs, nous nous efforçons chaque année de nous améliorer en proposant des solutions encore plus qualitatives telles qu’un bouchon de liège performant pour éviter les déviances aromatiques ou encore une méthode de culture de la vigne plus raisonnée.